hifi engine

Beard P35 MKII



Beard P35 MKII




Comments

Re: BEARD P35 MKII

Le Beard P-35 connaît à travers le monde un succès mérité, ceci malgré une puissance modeste. Il travaille en pure classe A avec un triple push-pull de EL84 montées en mode ultra linéaire. C'est une solution luxueuse, mais onéreuse, compte tenu du faible rendement et de la forte consommation en courant <:1 en tubes de puissance. Les étages de puissance sont polarisés de façon automatique, non pas avec des résistances de cathodes mais avec des régulateurs de courant 5 V (1 pour chaque tube) filtrés par des condensateurs de forte valeur. Le déphaseur driver est de type cathodyne modifié. Cet étage est relié en couplage RC à l'étage d'entrée (demi double triode ECC81), lequel est un étage amplificateur de tension classique, avec découplage partiel de sa résistance de cathode. L'entrée de l'amplificateur attaque la grille du premier tube en passant à travers un filtre passe-bas RC de façon à limiter la bande passante au-delà de 20 kHz. Plusieurs petites corrections de phase sont mises en place dans le but de lisser la courbe de réponse au-dessus de 10 kHz. Le filtre passe-haut placé en entrée évite l'admission de fréquences trop élevées sur le transformateur de sortie. On pourra ainsi appliquer la contre-réaction générale sans qu'il se pose de problèmes d'instabilité. Un condensateur de très faible valeur (2,2 pF seulement) relie les plaques des deux premiers tubes. Il améliore la symétrie du déphasage aux fréquences élevées. Un autre condensateur de 47 pF est placé sur la charge de cathode du déphaseur. Sur le déphaseur cathodyne et bien que des charges égales soient réparties sur la plaque et la cathode, la réponse en haute fréquence est un peu plus étendue sur la cathode que sur l'anode. Le condensateur de 47 pF a donc pour but d'égaliser la courbe de réponse des sorties du déphaseur. Les grilles d'attaque des EL84 sont reliées au déphaseur en passant par des résistances série de 10 kΩ, de façon à éviter les risques d'oscillation. C'est en somme un circuit classique, avec pour originalité principale le système de polarisation des tubes de puissance par régulateurs de tension.
Sur le secondaire du transformateur d'alimentation, les enroulements de haute tension sont indépendants pour chaque voie. Les redressements par ponts de diodes peuvent être reliés soit sur 200 V, soit sur 270 V, ce qui procure une tension redressée de 345 V ou de 170 V. On obtient ainsi soit le travail à pleine puissance soit à demi-puissance. En régime normal, la tension cathode-plaque est de l'ordre de 330 V, soit le maximum pouvant être admis sur la EL84. Le courant de repos, réparti sur les six tubes n'est toutefois pas trop élevé, ce qui conduit à une dissipation plaque moyenne par tube de l'ordre de 9 watts, laissant une marge de 3 watts jusqu'à la dissipation maximale. Les ponts redresseurs sont précédés de résistances de 3,3 Ω de façon à réduire l'amplitude des pics de commutation. Le redressement, sur chaque voie est suivi d'un filtrage par des condensateurs de valeur totale 680 μF, soit plus de 1300 μF au total. Une valeur aussi élevée des condensateurs de filtrage ne se rencontre que très rarement sur les amplificateurs à tubes. On obtient ainsi une très bonne stabilité de l'alimentation, sans problèmes de « pompage» sur les fortes modulations.
Remarquons enfin que contrairement aux habitudes, les deux premiers étages ne sont pas couplés en direct. On pourra ainsi remplacer ces tubes sans risque de déréglage des polarisations.
Contrairement au préamplificateur CA-506, le P-35 Beard n'est pas une conception hybride.